samedi 20 octobre 2012

Test de Matériel (Tricat 25)


Bonjour,
Après une première saison et pour aider les futurs acheteurs, je vous propose mes commentaires sur l’équipement choisi. Bien évidemment, cela dépend du type de navigation. Pour notre part, il s’agit de navigation à la journée et quelques nuits dans les iles du Morbihan.

Accastillage
Le Tricat  étant livré très complet au niveau accastillage, et de qualité, nous avons peu investi dans ce domaine.

Spi asymétrique :
J’étais hésitant entre Geneker ( code 0) sur emmagasineur et spi asymétrique. La lecture des articles sur  « le Petit Jaune » de Voiles et Voiliers m’a convaincu pour le Spi.
Les difficultés rencontrées avec un spi asymétrique sur mon ancien bateau (monocoque de 10,60 m) ne sont les plus  même grâce à l’espace des trampolines et la taille réduite du spi. Je le trouve facilement manœuvrable, même seul, avec le pilote.
Il est vrai que dans le Golfe du Morbihan, avec ses petites distances, j’aurai peut-être utilisé plus fréquemment un geneker en équipage réduit mais cela ne m’aurait pas offert le surplus de puissance dans les grands bords que me donne le spi.

Gaffe.
Pour mes manœuvres de prise de coffre, j’ai complété l’armement avec une vrai gaffe télescopique que je range dans la bôme.

Annexe :3D Tender light air round air 160
Cet équipement était important pour nous : recherche d’une annexe stable (donc  du volume), facile à plier et peu encombrante (pas de tableau arrière) et avec un plancher gonflable qui donne une rigidité améliorant son comportement à l’utilisation.
Après un long comparatif, mon choix n’est certes pas le plus économique mais je suis pleinement satisfait  de cet achat qui a peu de concurrent.
 
 

Electronique / Navigation

Mon souhait est  d’équiper le bateau avec peu d’électronique fixe pour éviter les soucis de maintenance.
En dehors du pilote, rien n’est monté en  fixe et il n’y a aucun trou dans la coque.

Pilote : Pilotes de barre franche ST1000 Raymarine
Naviguant en équipage réduit (2 personnes) pour des grandes balades, ou en solo, j’ai fait installer un pilote.
Ce pilote s’avère pratique pour les longs bords ou pendant les manœuvres en solitaire : Prendre un ris, envoyer le spi, préparer le mouillage… etc. sont facilitées quand je suis seul.
En revanche, pour les virements de bord, je me débrouille très bien sans.

GPS : Garmin Montan 600
Il est rechargeable mais peut aussi fonctionner sur pile. Il peut se brancher sur la batterie mais je n’utilise pas cette possibilité. Je me contente de le recharger la nuit sur l’allume-cigare pour la navigation du lendemain.
Bon matériel, résistant aux embruns, il m’aide en navigation et peut afficher des gros chiffres visible de loin pour suivre la vitesse.
Je le souhaite facilement mobile mais n’est pas encore trouver sa place idéale. Souvent dans une pochette suspendue au winch.
Je le trouve bien  adapté à mon programme.

Loch-Speedo : Speedwatch sans fil
J’ai acheté ce matériel, adapté aux dériveurs, pour suivre ma vitesse réelle sur l’eau (Dans le golfe du Morbihan les courants sont forts) et économiser en balade le GPS.
Très déçu car je n’arrive pas à l’étalonner, il prend continuellement des algues  et le support sous la coque est à nettoyer en permanence. Dommage, l’idée était bonne mais j’abandonne.

Sondeur à main : Plastimo Echotest II
Je l’utilise beaucoup pour les mouillages dans les iles.
·         Pratique 
·         Efficace
·         Onéreux
Au vu du prix, une sonde à main serait plus raisonnable mais… l’achat d’un Tricat n’est pas affaire de raison, mais de cœur.

VHF : Navicom
J’avais cette VHF sur mon ancien bateau.
Elle est rechargeable et sur pile … parfait pour les navigations groupées.
 
Anémomètre :  Skywatch Eole I
Je ne voulais pas la complication d’un anémomètre en tête de mat.
Celui-ci à main me suffit … mais en général, il ne fait que confirmer ma décision de prendre un ris. En revanche, ça amuse les équipiers débutants ….


Confort

Panneau Solaire :
J’étais hésitant, en raison de l’encombrement, mais l’usage sur « le Petit Jaune » de Voiles et voiliers m’a convaincu.
Installé par le chantier, il s’avère à l’usage non gênant. Au cours de la saison, j’ai pu utiliser le pilote et la lumière à volonté lors des nuits à bord et recharger le GPS. C’est une réelle tranquillité d’avoir le courant à volonté.
Seul problème, mon téléphone ne charge pas, je n’en ai pas trouvé la cause car le GPS lui, se charge !

WC
Eh oui, un élément de confort.
Nous avions opté pour des toilettes chimiques, un peu contre l’avis d’Antoine. Nous les avons débarquées moins d’une semaine après du fait principalement de leur encombrement et par crainte que l’odeur des produits ne soit désagréable et persistante.
Nous avons opté pour la haute technologie, choisie aussi par Loïc Peyron lors du trophée Jules Verne autour du monde J : avons trouvé sur internet, des sacs prévus pour les hôpitaux, comprenant une serviette absorbante avec un produit gélifiant. Le sac est disposé sur le seau, puis, après usage, fermé hermétiquement. Bien hermétique et sans aucune odeur, pour être ramené et évacué à terre …. A part le nom  de la marque (1-2-3- Incontinence), c’est parfait.

Double meuble cuisine
Nous avons fait le choix d’un meuble de cuisine double et ne le regrettons pas du tout. Nous pouvons ainsi ranger toue la vaisselle pour quatre personnes et quelques provisions d’avance.

3 commentaires:

  1. très belles images, tellement beau la Bretagne vous avez beaucoup de chance! il y a du vent j'adore...
    Merci pour les renseignements ils me seront utile pour la prochaine saison.
    Yann

    RépondreSupprimer
  2. Il y a en effet de pires endroits pour naviguer! Chaque année, il me tarde de revenir mettre à l'eau mes 3 coques à la cale d'Arradon!
    Une petite question (de débutant) : ta voile de portant, tu l'appelles spi assy, moi, j'appelle ça un gennaker. et tjrs pour moi, le Code 0 est une voile de petit temps, moins creux que le gennaker, pour remonter plus près du vent. Simple question de sémantique?

    RépondreSupprimer
  3. Avant l'hiver il est bon de se livrer ses trucs et astuces...
    En ce qui me concerne j'ai changé tout l'accastillage aussi bien en matériel (carboharken, anneaux faibles friction, dynema etc...)qu'en positionnement.Ca ne marche pas forcement mieux mais c'est à mon gout!
    -Pour les voiles de largue j'utilise à 90% le genak de 30m2, jamais le spi de 40 qui n'apporte pas grand chose de plus, et le spi de 60m2 (tête de mât et bout dehord alu fixe)jusqu'à 12kn de vent.Au dela il se déforme(grammage 0.35)et je ne suis pas sur que la structure supporte sans manifester!
    -Batterie moto de 16amp qui a fait toute la saison (alimente le GPS traceur et très très occasionnelement les feux)
    -Panneau solaire de 5w simplement posé sur le trampolin au soleil...mais j'ai des pb avec mon, mes, régulateurs qui déclarent vite forfait!
    -Petit panneau 1/2w qui alimente une batterie lithium pour les téléphones
    -Girouette anemo NKE très fantaisiste, mais on navigue très bien sans cet appareil
    -Pas d'annexe, le bateau doit rester léger, je mouille systématiquement dans moins de 50cm de fond ou je beach.
    -Pas de cuisine bien évidement, toute la nourriture pour 10jours est stockée dans un coffre étanche dans le cockpit
    -Je note ton système de wc qui fera une alternative au bistrot/pleine mer!.....
    -Pour le pilote je me tâte...Naviguant le plus souvent seul il faciliterait grandement affalage et prise de ris (ce bateau est totalement réfractaire à la barre amarrée!)....à voire ce n'est pas une priorité.
    -VHF portable au cas ou....mais je préfère l'Iphone pour la météo
    Voila un bref résumé de mon retour d'expérience, la bateau est encore à l'eau jusqu'à l'ouverture des domaines skiables!
    JM Carraz - missTRI

    RépondreSupprimer